Rechercher

Nos Pensées

Dernière mise à jour : 23 oct.

Le pouvoir des pensées


Il a fallu 100 000 ans d'évolution pour que notre cerveau devienne ce qu'il est aujourd'hui : une structure de 86 milliards de neurones connectés par plus d'un billiard de synapses, ce qui en fait l'organe le plus complexe de l'univers. On suppose que notre circuit neuronal qui crée les pensées : sans échange entre les neurones, il n'y a pas de pensée.


À la naissance le cerveau est parsemé de petites liaisons entre les neurones qui vont se développer au fil du temps.


Quand on emprunte régulièrement le même chemin, il s'élargit et se consolide jusqu'à devenir une véritable autoroute. En fonction de nos expériences, de nos apprentissages et de nos pensées, de nouvelles voies sont tracées, réorganisées ou détruites.


Un processus physiologique qui peut aller jusqu'à modifier la taille de certaines zones cérébrales. Ainsi nous apprenons tout au long de notre vie. Notre cerveau s'adapte sans cesse à ce qui lui arrive : c'est la neuro-plasticité. Notre vécu, notre pensée ne modifient pas seulement notre cerveau, cela influence tout notre corps et sa biochimie.Selon notre état d'esprit, on produit différents types de substances hormonales :

  • Avec des pensées positives, nous sécrétons de la dopamine et de la sérotonine.

  • Avec des pensées négatives ou du stress, nous décrétons de la noradrénaline ou de l'adrénaline.

Ces substances conditionnent notre comportement, notre humeur, et plus globalement notre bien-être.


Grâce au décryptage de l’activité neuronale, on a pu constater que nos pensées avaient d’ailleurs un impact bien réel sur notre organisme (exemple de l’effet placebo qui marche très bien sur la douleur et la dépression notamment.)

De nombreuses expériences ont également démontré que la visualisation positive était très efficace dans de nombreux domaines car elle aide à anticiper les situations stressantes et à ancrer les étapes dans le cerveau.


Cela fonctionne car notre cerveau a un point faible : il a du mal à distinguer une situation réelle d’une situation imaginaire. Si on s’imagine quelque chose, cette vision finit par devenir une réalité pour nous. Les aires cérébrales présentent la même activité qu’avec un vrai souvenir, même si on l’a seulement imaginé.


Le problème, c'est que selon les chercheurs, les 2 ou 3 quarts de nos pensées voire plus sont des pensées négatives.


On a tendance à vivre en pilote automatique, donc on est contrôlé par l’effet d’amorçage :

nous sommes agi.e.s par des pensées et des états d’esprits développés par le passé dans un autre contexte et on ne se rend pas compte que ces schémas nous contrôlent.


Prêter attention à ce qui est nouveau et changer d’état d’esprit pour vivre pleinement l’instant présent stimule les neurones et cela peut avoir un impact surprenant, mais cela demande de l’entraînement. L'hypnose est un excellent moyen d'y parvenir.



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout